Tout ce que l’ostéopathie peut pour vous

Vous pensiez que l’ostéopathie était réservée au mal au dos ? Faux ! Cette thérapie manuelle a aussi sa place dans la gestion des principaux effets secondaires des traitements.

massage RoseUp Association Face aux cancers osons la vie

Ostéo = mal de dos ? Pas seulement ! A l’occasion du Parcours des 5 sens organisé par le Dr Alain Toledano, Léa Dahan, Laurine Makahrine et Emmanuelle Dahan-Zeitoun, un joli trio d’ostéopathes, ont fait la preuve du contraire. Discipline en plein essor, cette médecine dite globale agit sur tout le corps ainsi que l’esprit. Son objectif est de rendre de la mobilité aux différentes structures du corps pour rétablir un fonctionnement équilibré. Elle peut agir au niveau des vertèbres, du crâne, des viscères et des tissus qui les entourent, comme les muscles ou les fascias. Tous les systèmes étant interdépendants, aussi étonnant que cela paraisse, le blocage d’un organe peut donc avoir un impact sur une autre partie du corps.

Avec son toucher bienveillant, dans le cadre d’une prise en charge personnalisée, « l’ostéopathie peut intervenir en prévention, dès la consultation d’annonce », précise Emmanuelle Dahan-Zeitoun, ostéopathe à Paris. Nous pouvons agir sur l’état de choc post-traumatique généré par l’annonce d’un cancer mais aussi avant les protocoles de chimiothérapie, pour minimiser les troubles du transit (nausées, vomissements, diarrhée, constipation, ballonnements…) ».

Comment ? « En travaillant sur le système neuro-végétatif, notamment le foie, organe clé de la digestion -transformé pendant les traitements en super éponge métabolisant les médicaments- en mobilisant les viscères et le diaphragme ». Un travail d’autant plus utile qu’un foie congestif peut entraîner des douleurs aux cervicales.

De nombreuses indications

Les effets positifs de cette thérapie manuelle peuvent également se faire sentir après une opération du sein. « Souvent, à cause de la douleur, les patientes ont tendance à rentrer les épaules. De plus, les adhérences peuvent gêner le mouvement. L’ostéopathie permet de retrouver une certaine élasticité et davantage de mobilité au niveau des vertèbres, une plus grande amplitude du bras et de l’épaule. Résultat, progressivement, la patiente se redresse et se réouvre à la vie ».

Effets notables aussi sur les neuropathies, la raideur et les douleurs articulaires, les troubles du sommeil et même la cicatrisation, grâce au travail sur la vascularisation.

Pour finir, et même si la liste des effets n’est pas exhaustive, certains traumatismes psychologiques s’impriment directement dans le corps et s’expriment sous forme de douleurs ou autres symptômes. Axée sur le lien corps-esprit et la notion de globalité, l’ostéopathie est donc également particulièrement efficace contre le stress, l’anxiété, la sensation d’une oppression thoracique… Etude à l’appui1. L’ostéopathie considérant le corps et l’esprit comme un tout, certaines manipulations physiques ont un réel impact sur le moral et permettent de ressentir un mieux-être global. Le fait de libérer les tensions et les éventuels blocages va entraîner une meilleure circulation sanguine, un retour de l’innervation, le relâchement des tissus. Résultat ? Une sensation de détente immédiate, un meilleur sommeil, une meilleure concentration, une respiration plus facile.

En pratique …

De plus en plus de patients sont adressés directement par des médecins ou des infirmières, mais également par d’autres praticiens en soins de support (psy, groupes de parole, naturopathe, kinés …) chez un ostéopathe. La consultation dure en général de 30 à 45 minutes.

« Cela débute par un interrogatoire sur les antécédents médicaux de la personne, précise Emmanuelle Dahan-Zeitoun, l’anamnèse. Il s’agit de connaître, à travers un échange, l’histoire de vie du patient ainsi que les antécédents médicaux de la personne en consultation. Puis je pratique un bilan ostéopatique en demandant d’abord au patient de se mettre debout, de dos à moi, pour que je puisse l’examiner de la tête aux pieds. Ensuite, je poursuis l’examen lorsqu’il est assis, allongé, en le palpant, pour analyser les mouvements des articulations et la souplesse des tissus. »

Car en effet, les mains du thérapeute sont essentielles. A la fois outil de mesure et de soin, elles font « parler » votre organisme, et sentent les tensions et les déséquilibres, imperceptibles pour vous.

Craquage ou pas ?

Vous faites partie de ceux qui appréhendent le fameux craquage chez l’ostéopathe ? Sachez qu’avant toute manœuvre, le praticien doit avoir de votre accord pour ne pas vous prendre au dépourvu. Selon son feeling ou sa pratique, il pratiquera des manipulations (mouvements rapides de très petite amplitude), qui feront éventuellement « craquer » les articulations –cela ne doit pas être violent ni douloureux !- ou préférera des mobilisations, plus lentes et de grande amplitude, que vous ne sentirez (quasiment) pas. Vous aurez plutôt l’impression d’être bercée et… détendue. À la suite de cette première séance, un bilan sera fait pour savoir si les soins pratiqués ont été efficaces, suffisants, et s’il est nécessaire de prendre à nouveau rendez-vous ou non. Sans que vous le sentiez vraiment, votre corps continuera de « s’équilibrer » dans les deux jours qui suivent la consultation.

Combien de séances ?

C’est variable. En général, une ou deux séances suffisent, espacées de deux à trois semaines, car l’effet s’installe progressivement. A la fin de la séance, il n’est pas rare de ressortir avec quelques exercices de respiration et d’étirements à faire chez vous et… un sourire jusque là, car la douleur s’est envolée ! Ainsi Vinciane, 43 ans, qui avait l’impression d’être coupée en deux depuis son cancer : « les séances m’ont aidée à réaccorder ma confiance à ce corps qui m’avait trahie ». Même sentiment pour Myriam, 34 ans : « après l’épreuve de la maladie, je ne souhaitais pas revenir comme avant mais plutôt devenir comme après », en apprivoisant son nouveau corps. Objectif atteint, grâce à l’ostéopathie.

Combien ça coûte ?

Une séance d’ostéopathie coûte entre 40 et 80 €, selon la notoriété du praticien et son lieu d’exercice. De plus en plus de mutuelles la prennent en charge, en partie ou totalement.

Où trouve un ostéopathe ?

Pour l’instant, cette discipline est encore peu présente dans les hôpitaux. Pour choisir un thérapeute, vérifiez qu’il soit bien inscrit au Registre des ostéopathes de France ou à l’une des associations représentatives de la profession :
Registre des ostéopathes de France (n° vert : 0 800 167 836)
Syndicat français des ostéopathes (SFDO)
Union fédérale des ostéopathes de France
Union des médecins ostéopathes (UMO)
Chambre nationale des ostéopathes

Céline Dufranc

1. Effet de l’ostéopathie sur le stress et la dystonie neurovégétative chez des patients en état de stress chronique. 2017. E.Dahan-Zeitoun