Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Traitement lymphome : la révolution des anticorps monoclonaux

{{ config.mag.article.published }} 6 mai 2014

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Il y a trente ans, on mourait encore trop souvent d’un lymphome. Aujourd’hui, grâce aux progrès des chimiothérapies et des thérapies ciblées, c’est l’un des cancers que l’on sait le mieux guérir.

{{ config.mag.article.warning }}

Grâce à l’identification des types et sous-types de lymphomes, les traitements sont désormais plus personnalisés. Ils sont déterminés par le caractère (indolent ou agressif) de la maladie, mais aussi d’après différents facteurs pronostiques (stade, nombre de ganglions, extension à certains organes, état de santé général, âge du patient).

Par ailleurs, « le recours au PetScan* permet de mieux évaluer l’extension de la maladie lors du diagnostic mais également de pronostiquer l’efficacité du traitement et de l’ajuster entre deux cures si le résultat obtenu est insuffisant », indique le Dr Sylvie Glaisner, chef du service hématologie de l’hôpital René-Huguenin-Curie, à Saint-Cloud.

« Cela permet de ne pas surtraiter les lymphomes de bon pronostic ou, au contraire, de proposer d’emblée des traitements plus intensifs, comme une greffe de moelle, voire l’inclusion dans un essai thérapeutique, en cas de lymphome plus agressif ou de récidive », précise-t-elle.

Dans le lymphome de Hodgkin, le traitement standard consiste en une chimiothérapie (entre 2 et 8 cures en fonction de la dissémination) associée souvent à des séances de radiothérapie sur les ganglions atteints. Une rémission complète est observée dans près de 9 cas sur 10. En cas de rechute, assez rare, on associera une autogreffe de cellules souches de moelle osseuse à une chimiothérapie plus lourde (chez les patients de moins de 65 ans) ou une immunothérapie avec l’injection d’un anticorps monoclonal ou d’un inhibiteur des « immune checkpoints » anti-PD1 ou anti-PDL1.

Les lymphomes non hodgkiniens, plus complexes, demeurent plus difficiles à traiter. Mais, depuis 1998 et l’arrivée sur le marché du premier anticorps monoclonal, « la prise en charge des patients est révolutionnée », souligne le Dr Reda Bouabdallah, onco-hématologue à l’institut Paoli-Calmette, à Marseille. Associé aux chimiothérapies, le Rituximab®, qui cible directement les cellules lymphomateuses, a fait progresser de 20 % les chances de guérison. L’efficacité de cette molécule tient à son mode d’action: il cible un antigène de différenciation des lymphocytes B, qui est une sorte de « plaque d’immatriculation » des cellules cancéreuses. Après fixation sur sa cible, l’anticorps induit la mort de la cellule lymphomateuse.

70 % de guérison dans le cas des lymphomes

Utilisé seul ou associé à la chimiothérapie, le Rituximab® améliore de façon très significative la durée de rémission chez les patients atteints de lymphomes de faible grade de malignité (exemple du lymphome folliculaire), lesquels évoluent le plus souvent comme des maladies « chroniques ».

Dans les lymphomes agressifs, le Rituximab® associé à la chimiothérapie permet aujourd’hui d’entrevoir de véritables guérisons de la maladie dans 60 à 70 % des cas. Comme le Rituximab® est nettement mieux toléré et moins toxique qu’une chimiothérapie, son champ d’investigation est largement exploré.

Exemple : dans certaines formes de lymphome (lymphome folliculaire, lymphome du manteau), son administration en traitement de maintenance (tous les deux mois pendant deux ans) permet d’allonger la durée de rémission et de diminuer le risque de récidive.

De nombreuses voies de recherche dans le traitement d’un lymphome

Cette révolution thérapeutique a ouvert la voie de nouvelles générations d’anticorps monoclonaux, chaque génération étant plus efficace que la précédente. En outre, dans certains lymphomes B agressifs, est apparue une autre forme d’immunothérapie appelée « CAR-T cells ». Il s’agit de prendre les cellules immunitaires du patient (ses lymphocytes T), de les modifier génétiquement pour les armer contre les cellules de lymphome, puis de les ré-injecter au patient. Cette approche sophistiquée et relativement lourde est aussi  remarquablement efficace dans les formes les plus graves de ces maladies.

Enfin, lorsque l’immunothérapie n’est pas accessible, l’utilisation de médicaments ciblés sur les altérations génétiques qui caractérisent les cellules lymphomateuses du patient (on parle de thérapeutique ciblée et de médecine de précision), est une alternative de plus en plus efficace.

L’étude clinique de phase III Relevance a récemment permis de montrer que, dans les lymphomes indolents appelés « folliculaires », on peut se passer de chimiothérapie puisque une immunothérapie formée par l’association d’un médicament de la classe des « Imids » (le lénalidomide) et un anticorps anti-CD20 (Rituximab®) est aussi efficace que la chimiothérapie associée au Rituximab®.

Article mis à jour le 4 juillet 2019

Céline Dufranc, avec le soutien de la Fondation ARC

*Technique d’imagerie qui s’intéresse plus au fonctionnement d’un organe qu’à sa structure et repose sur l’injection d’un traceur


{{ config.mag.team }}

Céline Dufranc

Journaliste

02:05

VaccinothérapieTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – La vaccinothérapie, késako ?

La vaccinothérapie fait partie de ce qu’on appelle les immunothérapies : ces nouveaux traitements dont le but est de stimuler notre organisme pour qu’il lutte par lui-même contre le cancer. Comment ça marche ? On vous explique tout.

8 mars 2024

01:00

Symptômes et diagnosticTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – La radiologie interventionnelle, késako ?

Aujourd’hui, on vous dit tout sur cette technologie de pointe qu’est la radiologie interventionnelle. Ça sert à quoi ? Comment ça marche ? Quels sont ses avantages ? Le Dr RoseUp, incarné par le Dr Kierzek, vous explique tout.

9 février 2024

01:53

ImmunothérapiesTout savoir sur

La Minute du Dr RoseUp – L’immunothérapie, késako ?

L'immunothérapie a révolutionné la lutte contre le cancer. Son but principal est d’aider le corps du patient à lutter par lui-même contre la maladie, en stimulant son système immunitaire. Comment ça marche ? Qui est concerné ? Le Dr RoseUp, incarné par le Dr Kierzek, vous explique tout.

26 janvier 2024

60:00

Immunothérapie {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – L’immunothérapie

L’immunothérapie a révolutionné la prise en charge des cancers. Comment fonctionne-t-elle ? Qui peut en bénéficier ? Le Pr Eric Tartour, Chef du Service d’Immunologie Biologique à l’hôpital européen Georges Pompidou, répond à toutes vos questions.

5 décembre 2023

{{ config.event.all }}

Bordeaux

TraitementsAtelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support ?

20 mars 202414h00 - 15h00

Le Dr Ivan Krakowski, oncologue, vous présentera le rôle des soins supports et vous expliquera comment ils peuvent vous soulager durant les traitements.

Paris

Atelier

ETP* pendant les traitements – Le rôle des soins support

11 mars 202415h00 - 17h00

Docteur Laurent Migniot, médecin, vous présentera le rôle des soins supports durant les traitements . Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient (ETP) pendant les traitements. Ce programme comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? Prendre soin de soi après l'annonce Gérer son alimentation pendant les traitements

Paris

Image et estime de soiAtelier

ETP* pendant les traitements – Et si l’Activité physique adaptée devenait une thérapie ?

6 mars 202414h00 - 15h00

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Valérie Petit, coach sportive vous présentera les nombreux bienfaits de l'Activité physique adaptée : renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel… Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient* (ETP) pendant les traitements. Il a pour but d'aider le patient et son entourage à acquérir ou maintenir les compétences dont il aura besoin pour gérer au mieux son quotidien avec un cancer. Il comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : - Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports - Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? - Prendre soin de soi après l'annonce - Gérer son alimentation pendant les traitements

Paris

Image et estime de soi

ETP* pendant les traitements – Et si l’Activité physique adaptée devenait une thérapie ?

7 février 202414h00 - 15h00

Débuter ou maintenir une activité physique pendant un cancer, c’est possible… à condition que celle-ci soit adaptée. Valérie Petit, coach sportive vous présentera les nombreux bienfaits de l'Activité physique adaptée : renforcement musculaire, diminution de la sensation de fatigue, amélioration de l’état émotionnel… Cet atelier fait partie du programme d’Éducation Thérapeutique du Patient* (ETP) pendant les traitements. Il a pour but d'aider le patient et son entourage à acquérir ou maintenir les compétences dont il aura besoin pour gérer au mieux son quotidien avec un cancer. Il comprend 4 ateliers répartis sur 4 mois abordant les thèmes suivants : - Être actrice de son parcours : le rôle des soins de supports - Et si l'activité physique adaptée devenait une thérapie ? - Prendre soin de soi après l'annonce - Gérer son alimentation pendant les traitements