Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer sport adapté au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Cicatrice du PAC : je t’aime moi non plus

{{ config.mag.article.published }} 11 juin 2021

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

Trois lectrices témoignent de leur rapport à la cicatrice laissée par le retrait de leur port-à-cath. Entre acceptation, dissimulation et rejet.

{{ config.mag.article.warning }}

« J’ai 2 cicatrices mais je n’y prête plus attention », Nathalie, 46 ans

cicatrice-pac-cancer-nathalie-RoseUp Association Face aux cancers osons la vie

« Lorsqu’on m’a administré la première cure de chimiothérapie au travers du PAC, j’ai ressenti des fourmillements dans le bras. Mais le médecin ne s’inquiétait pas plus que ça.

Pour la deuxième cure, impossible de faire passer le produit : le PAC avait bougé et je commençais à faire une thrombose. Résultat : une première opération pour retirer mon premier PAC et une seconde pour placer un nouveau PAC de l’autre côté. A la fin de mes traitements, j’ai beaucoup insisté pour l’enlever, contre l’avis de mon oncologue qui souhaitait que je le garde en cas de récidive. Maintenant je vis avec deux cicatrices, mais je suis tellement contente de ne plus avoir cet objet dans mon corps que je n’y prête pas beaucoup attention. Peut-être qu’un jour je les cacherai avec des tatouages. De toute façon, elles ne partiront jamais. »

 

« Pendant longtemps, j’ai été en colère contre elle », Laurence, 51 ans

cicatrice-pac-cancer-laurence-RoseUp Association Face aux cancers osons la vie

« Je n’aime pas du tout la cicatrice du PAC. J’ai même plus de mal à la regarder que celle que j’ai sur le sein. Ma cicatrice est un peu grossière parce que le chirurgien a eu du mal à placer le port-à-cath et il a un peu forcé sur les chairs. Le PAC était donc un peu trop bas, il me faisait mal. 

La première chose que j’ai demandée  à mon oncologue à la fin de mes traitements, c’est de me l’enlever. C’était un 23 décembre, un vrai cadeau de Noël. Mais cette cicatrice est toujours douloureuse, physiquement et mentalement. Pendant longtemps, j’ai été en colère contre elle. Désormais, j’essaie d’oublier qu’elle est là et je me force à penser qu’elle fait partie de mon histoire. J’y arrive de plus en plus, mais ce n’est pas simple. Dernièrement, ma kinésithérapeute m’a conseillé de masser la cicatrice avec une pommade, je n’ai même pas réussi à le faire. »

 

« J’ai recouvert ce souvenir d’un corps étranger avec un tatouage », Aurore, 36 ans

cicatrice-pac-cancer-aurore-RoseUp Association Face aux cancers osons la vie

« Les premières semaines après la pose de mon PAC, ça me perturbait énormément de le toucher. Quand on me l’a enlevé à la fin de ma chimiothérapie, parce que j’avais des risques d’embolie pulmonaire, j’étais soulagée de ne plus le sentir sous ma peau.

Mais il restait cette cicatrice. Ce souvenir d’un “corps étranger”. Un stigmate du cancer du sein. Et moi, j’avais besoin de passer à autre chose, de tourner la page. Alors je l’ai recouverte avec un tatouage. Le dessin que j’ai choisi représente une bergeronnette. Ce petit oiseau est très présent autour de la maison que nous avons achetée avec mon mari pendant ma première chimio. Ce lieu nous a apporté beaucoup de bonheur et de réconfort. J’ai retranscrit ce bonheur sur ma cicatrice. »

 


{{ config.mag.team }}

Paul Thorineau

Journaliste

Relation avec les prochesQuestion/Réponse

Cancer et psycho : « Comment faire comprendre à mes proches que je ne veux pas parler de la maladie ? »

Depuis qu'elle leur a annoncé son cancer, les amis de Kate ne lui parlent plus que de ça : où en sont ses traitements, a-t-elle des effets secondaires... Elle sait qu'ils s'inquiètent pour elle mais elle aimerait parler d'autre chose quand elle les voit. Comment leur faire comprendre sans les froisser ? Sophie Lantheaume, psychologue clinicienne de la santé à l’hôpital privé Drôme Ardèche, la conseille.

17 juin 2024

Tristesse et dépressionActualité

ASCO 2024 – Détecter précocement les signes de dépression post-cancer

Identifier les femmes susceptibles de développer une dépression après un cancer du sein et ce, dès leur diagnostic, c’était l’objectif des travaux présentés cette année au congrès international de cancérologie de l’ASCO par le Dr Antonio Di Meglio. Il les décrypte pour nous.

14 juin 2024

60:00

Reconstruction mammaire {{ config.replay.label }}

Replay Webinaire médical – Tout savoir sur la reconstruction de l’aréole et du mamelon

Après une mastectomie, voir son mamelon et son aréole "redessinés" constitue souvent la touche finale à un (long…) parcours de reconstruction. Le Dr Benoit Couturaud, chirurgien plasticien et cancérologue à l'institut Curie, et Laurence Malzard, tatoueuse, fondatrice de Dermaréole et ancienne patiente, vous montreront les options qu'offrent la chirurgie et le tatouage.

7 juin 2024

Angoisse et stressReportages

Effets secondaires du cancer : la transe aide-t-elle à mieux les vivre ?

En Belgique, une équipe de chercheurs mène une étude inédite sur les techniques menant à un état modifié de conscience, dont la transe auto-induite. Objectif : évaluer scientifiquement son impact sur certains effets secondaires du cancer. Entre 2022 et 2023, 40 patients sortis de traitement y ont participé... Parmi eux, des Françaises.

3 juin 2024

{{ config.event.all }}

Bordeaux

Bien-être et évasionTemps d'échange

Goûter mensuel

25 juillet 2024 • 15h00 - 16h30

Nous vous invitons à un goûter mensuel au sein de la Maison RoseUp de Bordeaux. Convivialité et bonne humeur sont au rendez vous pour ce temps de partage entre adhérentes. 

En ligne

HormonothérapieConférence

Webinaire Réflexologie : mieux gérer les effets secondaires de l’hormonothérapie

26 juillet 2024 • 16h30 - 17h30

Bouffées de chaleurs, troubles du sommeil, stress, problèmes de digestion... les effets secondaires de l'hormonothérapie se font ressentir et vous cherchez à réduire leur impact sur votre corps ? Maxime Bansard, réflexologue, vous montrera et vous guidera sur des points d'acupression pour mieux les supporter au quotidien.