Les malades de cancer en cours de chimiothérapie pourront se faire vacciner contre le Covid dès lundi

A compter de lundi, les malades de cancer en cours de chimiothérapie ou atteints d'une maladie hématologique maligne pourront se faire vacciner contre le Covid. En théorie...

Les malades de cancer pourront se faire vacciner dès lundi contre le covid - roseup association - rosemagazine

« Dès lundi, les personnes atteintes de pathologies qui les rendent particulièrement vulnérables face au Covid pourront se faire vacciner. Parmi lesquels, les malades de cancer sous traitement. » L’annonce tant attendue par nombre d’associations de patients a enfin été lâchée par Olivier Véran lors de la conférence de presse du gouvernement, ce jeudi 14 janvier.

Le Ministre de la Santé a donc décidé de suivre les recommandations du Pr Alain Fischer, président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale. Dans son audition du 12 janvier, l’imminent immunologiste indiquait « en approfondissement du travail de la Haute Autorité de Santé (HAS) » travailler sur « l’évaluation des indications de la vaccination pour les personnes atteintes de pathologies pour lesquelles le corps médical estime qu’il y a une « ultra haute priorité de vaccination »».

Si les personnes âgées vivant en Ehpad ont été logiquement les premières à bénéficier du vaccin, d’autres malades présentaient en effet un risque élevé d’infection grave par le Covid. Le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale a choisi d’appliquer l’équité comme nous l’a indiqué un de ses membres: « Nous avons décidé que toute personne présentant un risque équivalent aux personnes âges en Ehpad pourrait se faire vacciner prochainement. »

Priorité aux patients en cours de chimiothérapie

Un communiqué de presse émis par le Ministère des Solidarités et de la Santé, quelques minutes après la prise de parole du gouvernement, a apporté des précisions quant aux personnes concernées. Il s’agit des patients :

  • atteints de cancers et de maladies hématologiques malignes en cours de traitement par chimiothérapie ;
  • atteints de maladies rénales chroniques sévères, dont les patients dialysés ;
  • transplantés d’organes solides ;
  • transplantés par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques ;
  • atteints de poly-pathologies chroniques et présentant au moins deux insuffisances d’organes ;
  • atteints de certaines maladies rares et particulièrement à risque en cas d’infection (liste spécifique établie par le COS et les filières de santé maladies rares) ;
  • atteints de trisomie 21.

Accès à la vaccination dès lundi prochain… en théorie

Le communiqué précise également que « compte-tenu de la nécessité de s’assurer du respect des critères médicaux, ces patients devront avoir une prescription médicale de leur médecin traitant pour bénéficier de la vaccination sans critère d’âge. »

Ces malades à haut risque pourraient donc recevoir la première dose du vaccin dès lundi. En théorie. Car en pratique, le nombre limité de doses de vaccins, la complexité de leur transport et de leur stockage, et les retards dans l’approvisionnement des centres de vaccination pourraient bien mettre à mal les plans du gouvernement. Le premier ministre, Jean Castex, l’a reconnu : « Tout le monde ne pourra pas trouver un rendez-vous immédiatement  » et a enjoint les patients « à être patients« ….

COMMENT PRENDRE RENDEZ-VOUS POUR SE FAIRE VACCINER ?

Vous pouvez prendre rendez-vous en ligne sur le site internet www.sante.fr ou par téléphone au 0800 009 110 à partir du 15 janvier.

Emilie Groyer