Accueil Thème Cancer colorectal

Tous nos contenus sur le thème : cancer colorectal

Pierre-Louis a 21 ans quand on lui pose une stomie. Le jeune navigateur prépare une course au large et ne compte pas y renoncer. Il part une semaine en mer avec sa poche. A son retour sur la terre ferme, il lance le défi aux autres malades de se prendre en photo et de raconter leur histoire, pour briser le tabou.
Quand on a un cancer, toutes les occasions sont bonnes pour éviter de séjourner trop longtemps à l’hôpital. Vanessa, touchée par un cancer colorectal métastasé, a pu bénéficier d’un programme d’accompagnement conçu pour permettre aux malades de se rétablir plus rapidement après une opération digestive : la RAAC ou Récupération Améliorée Après Chirurgie.
Le dépistage du cancer colorectal c’est tous les 2 ans, à partir de 50 ans. Pensez-y !
Le cancer colorectal n'est pas sexiste : il touche indistinctement les hommes et les femmes. Alors, on n'oublie pas : le dépistage, c'est tous les 2 ans à partir de 50 ans !
Le cancer colorectal est silencieux : ses symptômes sont imperceptibles. Alors, on n'oublie pas : le dépistage, c'est tous les 2 ans à partir de 50 ans.
Le dépistage du cancer colorectal, comme le contrôle technique : c'est tous les 2 ans à partir de 50 ans.
Le cancer colorectal n’est pas misogyne : il touche indistinctement les hommes (53%) et les femmes (47%). On pourrait pourtant en douter au vu des campagnes de sensibilisation "Mars Bleu".
Sandrine vit avec un cancer du colon depuis près de 4 ans. Il a fallu deux ans pour la diagnostiquer. Il faut dire qu’à seulement 42 ans, elle ne rentrait pas dans les normes. Une errance qui lui vaut aujourd’hui de multiplier les opérations et les traitements mais qui ne l'a pas empêchée de courir le marathon.
Vous êtes à haut risque de cancer colorectal ? Le CHU de Lyon recherche 3000 patients pour évaluer des alternatives à la coloscopie.
En 20 ans, grâce au dépistage et aux progrès thérapeutiques et diagnostiques, le pronostic du cancer colorectal n’a cessé de s’améliorer. Dépisté tôt, il guérit 9 fois sur 10 : l’arrivée d’un test plus sensible a permis d'optimiser ces résultats.