Face aux cancers, osons la vie !



{{ config.search.suggestions }} soin de support Soin de socio-esthétique détente et bien-être perte de cheveux liée au cancer sport adapté au cancer ongles fragilisés par le cancer perte de sourcils liée au cancer maquillage des cils perte de cils liée au cancer rester féminine malgré le cancer

Face au cancer, sortez les rames !

{{ config.mag.article.published }} 27 mai 2024

{{ bookmarked ? config.sharing.bookmark.remove : config.sharing.bookmark.add }}

En intérieur ou en extérieur, l’aviron se pratique toute l’année. Déclinée en sport santé, cette discipline ultra-complète permet de se lancer des défis pour retrouver confiance en son corps et en ses capacités.

« L’aviron a changé ma vie ! » clame Cécile, rameuse à la section d’aviron santé du Cercle de l’aviron de Lyon (Rhône) depuis 2019. Elle s’y est inscrite peu de temps après avoir appris qu’elle avait un cancer du sein. « J’avais toujours rêvé d’en faire, mais cela me paraissait inaccessible, trop technique, trop physique. Le cancer m’a permis d’oser. »

Souvent considéré, à tort, comme un sport élitiste, l’aviron peut faire peur. Pourtant, avec près de 70 clubs labellisés en sport santé en France (voir encadré), il fait partie des activités les plus accessibles et les plus bénéfiques pour retrouver le goût du sport et de l’effort après une épreuve comme le cancer.

« L’aviron est bon pour le cœur et pour le corps ! » certifie Yvonig Foucaud, conseiller technique national au sein de la FFA (Fédération française d’aviron), avant d’ajouter: « le mieux est de commencer avec un kiné ou un coach formé en sport santé ». C’est le cas de Jocelyne Rolland. Kinésithérapeute spécialiste du cancer du sein, elle est à l’initiative de la méthode Avirose, une pratique indoor, sur rameur. « Nous sommes très à cheval sur la qualité du geste, qui n’est ni compliqué ni traumatisant, même après une opération, à condition de le réaliser correctement. Deux à trois séances suffisent à l’assimiler », souligne-t-elle.

Un sport addictif

Une bonne option, donc, pour s’initier avant d’envisager un embarquement. Car, comme l’indique Manon Zwisler, coach d’aviron santé à l’Aviron décinois (Rhône) : « Le bateau suscite beaucoup d’appréhension. Les gens ne s’en sentent pas capables, surtout avec la maladie. »

Dès les premières séances en salle, elle évoque le bateau, régulièrement. « Puis, le jour où les conditions météo et de plan d’eau sont parfaites, nous faisons un petit essai sur un bateau large et stable. On va renouveler l’expérience une fois, deux fois… Rapidement, presque tout le monde adore ! »

Au point, parfois, d’avoir du mal à s’arrêter ! Comme en témoigne Pauline Kozak, coach d’aviron santé au Cercle de l’aviron de Lyon : « Une part de mon travail consiste à les stopper, à leur dire : “Allez ! c’est l’heure de rentrer !” Elles prennent tant de plaisir à glisser sur l’eau que je dois anticiper leur fatigue, veiller à ce qu’elles ne se blessent pas pendant ou après la séance ».

L’ergomètre en toutes saisons

Pour éviter de se faire mal, il est conseillé de faire des petites sessions en salle sur un ergomètre face à des miroirs, pour s’assurer qu’on a bien toujours la bonne position. En plus d’être l’outil idéal pour corriger ou perfectionner son mouvement, l’ergomètre s’utilise en toutes saisons ! Et, avec un peu d’imagination et le concours d’un coach, la pratique peut s’avérer ludique.


« J’aime bien proposer des petits circuits de cinq minutes, sous forme de jeux et d’exercices, seul ou en équipe, s’amuse Manon Zwisler. C’est aussi l’occasion de travailler des parties du corps spécifiques, notamment pour les femmes qui ont des faiblesses musculaires localisées, des problèmes d’équilibre ou de coordination. »

Comme pour la majorité des sports adaptés, l’entraînement est individualisé. « Nous coachons les participantes comme un groupe de sportifs de haut niveau. Chacune a son parcours, ses spécificités, ses pics de forme et ses moments de faiblesse », observe Pauline Kozak.

Rééducation douce et ludique

Cécile, après son curage ganglionnaire, a tout de suite ressenti les bienfaits de l’aviron sur son bras opéré : « Quand je ne rame pas pendant deux ou trois jours, mon bras commence à gonfler et à me faire mal. Alors, je sais qu’il faut que j’y retourne. C’est aussi le plus beau des gestes pour ma rééducation. »

« Contrairement aux idées reçues, on ne tire pas sur les bras, on utilise les jambes, le gainage, le dos, les chevilles : tout travaille ! lance Sylvie, qui forme avec Cécile un duo de rameuses de choc depuis 2019. Il faut aussi apprendre à lâcher prise pour faire glisser son bateau. »

Sport d’endurance, sollicitant les muscles de façon symétrique et assouplissante, l’aviron est une discipline parfaite pour une réathlétisation réussie et en douceur. On s’y amuse aussi, grâce aux petits ordinateurs de bord intégrés aux rameurs, qui permettent de se donner des challenges, seule ou en groupe.

Objectif : la compétition

Une compétition indoor est d’ailleurs organisée tous les ans, en parallèle des championnats de France d’aviron. Le Challenge Avirose réunit ainsi des équipages issus des sections sport santé de toute la France pour une compétition joyeuse et conviviale.

« Pour beaucoup, c’est l’objectif de l’année, qui les motive à venir régulièrement, apprécie Jocelyne Rolland. Même celles qui ne peuvent pas ramer font partie du voyage pour encourager leurs coéquipières ! »

Pour nombre de ces initiées, l’aboutissement, c’est de ramer sur l’eau, voire de participer à des courses mythiques comme la Vogalonga, à Venise. Pauline Kozak propose un accompagnement sur trois années, jalonné d’étapes, pour atteindre ce Graal. « On trouve un nom d’équipe, un logo, une identité au groupe. On se fixe des objectifs à court, moyen, long terme. Chaque échéance passée fait du bien au mental. »

« Sur l’eau, on oublie tout »

Elle a déjà emmené des équipages de rameuses sorties de la maladie à Sète, dans les calanques de Cassis, et une fois elles ont été invitées à naviguer sur la rivière Charles, lors de la Charles Regatta, à Boston (États-Unis).

« La notion d’équipage est très importante. L’effort est individuel, mais on ne rame pas seule. Le groupe est un soutien », souligne Pauline. « À partir du moment où on met un pied au club, on ne se vit plus comme malade, s’enthousiasme Cécile. Sur l’eau, on oublie tout. Il y a comme un côté méditation. » « On se sent voler comme un oiseau ! » renchérit Sylvie.

Pris de passion pour les compétitions, le duo enchaîne les rendez-vous sportifs, allant même jusqu’à décrocher des médailles. « Monter sur un podium est une sensation incroyable! rapporte encore Cécile. Quand on voit le chemin parcouru pour arriver là, ce sont des émotions très intenses. »

Et addictives. Au point que les froides journées d’hiver, la brume glaçante sur l’eau, ou encore les pontons gelés de la Saône ne les effraient pas. « En ramant, on se réchauffe vite ! s’amuse Sylvie. L’aviron demande tellement de concentration que l’on est obligées de penser à ce que l’on fait, c’est très bon quand on souffre de troubles de l’attention ou de la mémoire liés à l’hormonothérapie par exemple ! Un sport qui demande tant d’investissement qu’après une séance on se sent vidées… » Mais heureuses !

INFO + : Retrouvez les 70 clubs d’aviron labellisés en sport santé sur cette carte interactive :

Retrouvez cet article dans Rose Magazine numéro 25.


{{ config.mag.team }}

Méryll Boulangeat

Journaliste et ex-athlète de haut niveau

Activité physiqueTémoignages

Mon « sport-thérapie » : le marathon par Anaïs Quemener

Aide-soignante et marathonienne de haut niveau, Anaïs Quemener, 33 ans, vit pour la course à pied depuis l’enfance. Touchée à l’âge de 24 ans par un cancer, elle a trouvé dans son sport un formidable allié pour récupérer plus vite, voir plus loin que la maladie et vivre plus fort.

LivresActualité

À lire. Laurie Delhostal : « Maintenant, j’apprends à être plus cool avec moi-même »

L’annonce de son cancer du sein n’a pas arrêté Laurie Delhostal. La journaliste sportive a continué à travailler, à rester dans l’action. Sortie des traitements, elle s’est jetée dans la réalisation de Championnes !*. Co-écrit avec sa consœur Cécile Grès et l’illustratrice Louison, le livre dresse le portrait de 90 pionnières du sport. Toutes des femmes inspirantes.

23 février 2024

Activité physiqueTout savoir sur

Tout savoir sur l’activité physique adaptée (APA)

Ce soin de support est un allié incontournable pour améliorer la qualité de vie des personnes touchées par un cancer. Quels sont ses bienfaits ? Comment en bénéficier ? On vous dit tout sur l’activité physique adaptée.

5 février 2024

Activité physiqueConseils

Et si vous testiez le Wall Pilates ?

Nouvelle manière de pratiquer cette gymnastique douce, le pilates contre un mur permet de s’initier à cette discipline à domicile. Tentée ? On vous propose trois exercices basiques pour vous aider à vous lancer.

7 août 2023

{{ config.event.all }}

En ligne

Activités physiques adaptéesAtelier

Atelier Pilates

25 juin 2024 • 11h00 - 12h00

La méthode Pilates allie étirements et renforcement musculaire. Proposé par les coachs d'Indoor Santé, cet atelier Pilates vous aidera à vous remettre en mouvement, à retrouver du tonus et à combattre les douleurs musculaires et articulaires. ATTENTION : Pour la pratique de cette activité, il est nécessaire de nous fournir un certificat médical en amont d’une première participation. Vous pouvez l’envoyer par mail à contact.mamaisonroseup@rose-up.fr

Paris

Activités physiques adaptéesAtelier

Yoga – Après cancer

25 juin 2024 • 11h30 - 12h30

Venez découvrir le Hatha Yoga ! C'est avec douceur, humour et simplicité que Mélanie vous fera découvrir cette pratique holistique qui allie corps et esprit. Au travers de postures, d'exercices de respiration et de méditation, elle vous montrera comment ce yoga peut vous aider à remobiliser votre corps, explorer vos sensations et à calmer votre esprit. N'ayez aucune crainte : ici, ce n'est pas à vous de vous adapter au yoga, c'est le yoga qui s'adapte à vous. Notez bien Mesdames, que cet atelier est réservé aux femmes ayant terminé leurs traitements (hors hormonothérapie). Merci de bien vouloir apporter un paréo ou une serviette pour recouvrir le tapis de sol mis à votre disposition. Si vous n'êtes jamais venue à la Maison RoseUp Paris, merci de prendre rendez-vous pour effectuer votre entretien de première rencontre auprès de notre équipe avant toute inscription à un atelier.

Paris

Activités physiques adaptéesAtelier

Avirose en autonomie

25 juin 2024 • 13h30 - 14h30

L'Avirose, une pratique de l'aviron sur rameur, a été spécialement conçu par Jocelyne Rolland, kinésithérapeute, pour remobiliser ses muscles après une opération du sein et du creux de l'aisselle ou après une reconstruction mammaire. Particulièrement complet, il permet de renforcer les bras, les jambes mais aussi le tronc, sans risque. Cet atelier est animé par Juliette Moreau, kinésithérapeute et professionnelle de la Fédération Française d'Aviron. Si vous avez déjà bénéficié d'un entraînement avec nos intervenants, ce créneau horaire est fait pour vous ! En effet, cette session est EXCLUSIVEMENT réservée aux adhérentes ayant reçu l’autorisation de Juliette Moreau, coach sportif, pour une pratique en autonomie.

En ligne

Activités physiques adaptéesAtelier

Atelier Stretching et respiration

25 juin 2024 • 14h00 - 15h00

Proposé par les coachs d'Indoor Santé, cet atelier Stretching et Respiration vous aidera à vous remettre en mouvement et à vous assouplir avec des exercices tout en douceur.