Depuis septembre 2020, Pierre-Olivier Carel est soigné pour un cancer du sein. Le cas est rare chez les hommes. Le quinquagénaire a démarré l’hormonothérapie en août dernier. Comment la tolère-t-il ? Quels sont les effets secondaires ? Il se confie.
En raison de ses effets indésirables, l'hormonothérapie est abandonnée par une majorité de femmes touchées par un cancer. Pour lutter contre cette inobservance, Gustave Roussy mise sur l'impression 3D.
Comme chaque année, le congrès international de cancérologie de l’ASCO a été l’occasion de présenter les dernières avancées dans le domaine du cancer du sein. Pour cette édition 2021, les principales annonces concernent la lutte contre la récidive des cancers localisés.
Le Pr Grynberg, spécialiste de la fertilité à l'hôpital Antoine-Béclère à Clamart et à Jean-Verdier à Bondy, répond à vos questions. Aujourd'hui, il répond aux femmes qui souhaitent arrêter leur hormonothérapie pour un projet de bébé.
L'hormonothérapie. Synonyme de bouffées de chaleur, de douleurs, de baisse de libido, la simple évocation de son nom hérisse le poil de beaucoup de femmes remises d'un cancer du sein. Elle permet pourtant de lutter efficacement contre les récidives. Autoportrait sans filtre d’une gélule qui a encore du mal à passer…
Les effets secondaires de l’hormonothérapie sont redoutés par de nombreuses patientes. Quels sont-ils, et comment réagir pour ne pas les laisser s’installer ? Découvrez les éclairages du Dr Delphine Wehrer, gynécologue à Gustave Roussy.
Avec l'augmentation des prescriptions de thérapies orales, les pharmaciens deviennent des interlocuteurs privilégiés pour les malades de cancer. Un statut enfin reconnu et valorisé.
Une étude française en vie réelle se penche enfin sur les raisons de l'inobservance de l'hormonothérapie et sur les risques pour les malades. Le Dr Pistilli, oncologue à Gustave Roussy, qui a mené cette étude nous explique ce que ces résultats vont changer.
Florence a 42 ans quand on lui diagnostique un cancer du sein hormonodépendant : elle peut donc bénéficier d'une hormothérapie pour limiter son risque de récidive. Une "chance" qui se transforme en calvaire du fait des effets indésirables. Mais la quadra compose avec en se découvrant un engouement pour le sport et en satisfaisant sa fibre artistique.
Une étude menée auprès de femmes malades de cancers du sein révèle que l'hormonothérapie a, à long terme, des impacts plus délétères sur la qualité de vie que la chimiothérapie. Une réalité aujourd'hui (enfin) documentée. Qui permet de parler, pour la première fois, des conditions d'une "désescalade" de l'hormonothérapie.